Lutte contre le moustique tigre présent sur notre territoire

Certaines communes de notre territoire sont colonisées par le moustique Aedes Albopictus (moustique tigre).

Contrairement à la majorité des espèces de moustiques « autochtones », le moustique Aedes albopictus est une espèce invasive et son degré de progression est très rapide. Il s’agit d’un moustique très agressif et donc particulièrement nuisant pour l’homme.

Afin de lutter contre la prolifération de cette espèce de moustiques, les seules mesures efficaces consistent à détruire ses gîtes de reproduction constitués de petites collections d’eau, présentes dans les soucoupes de pots de fleurs, les bidons de stockage d’eaux pluviales, du mobilier de jardin (pieds de parasols …), les jouets, les terrasses sur plots, les toits terrasses, les tabourets d’évacuation des eaux pluviales, les coffrets techniques, etc… Des piscines abandonnées ou des bâches peuvent également constituer un gîte larvaire. La suppression des gîtes consiste à vider les collections d’eau quand cela est possible (solution à privilégier), les couvrir d’un couvercle étanche ou de voiles moustiquaires, les remplir de sable ou gravillon, etc.

Dans le cas particulier des réserves d’eaux pluviales, quand elles sont nécessaires et/ou qu’il n’est pas possible de les supprimer, il convient de faire en sorte que les moustiques ne puissent avoir accès à l’eau stockée. Ainsi, il faut à minima installer une moustiquaire ou un tissu fin, bien tendu afin qu’il n’entre pas au contact de l’eau. Si cette solution est retenue, il est nécessaire de vérifier régulièrement que ce voile de protection reste bien tendu.

Dans l’idéal, il faut inviter les personnes qui en possèdent à remplacer leurs bidons de stockages (les bidons bleus par exemple), souvent ouverts à l’air libre, par des systèmes de stockages conçus de façon à ce que l’accès à l’eau par les moustiques tigre soit impossible de façon pérenne. Doivent être prévus dès la conception de ces contenants : une arrivée et une sortie d’eau indépendantes l’une de l’autre, un trop-plein, un tuyau d’arrivée d’eau / une descente d’eau venant du toit qui n’entre pas dans le réservoir afin d’assurer une déconnection complète et isolée de la lame d’eau (en cas de développement larvaire dans le réservoir, les adultes qui émergent ne sortent pas par le tuyau d’arrivée de l’eau).

Ce moustique n’ayant pas la capacité de voler très loin (150 mètres maximum), sa présence est toujours liée à l’existence de gîtes larvaires chez soi ou dans le proche voisinage.

Vous trouverez ci-dessous un document récapitulant les consignes de lutte contre le moustique tigre.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez également consulter le site internet de l’ARS-Auvergne-Rhone-Alpes

 

 

 

Haut de page